m
0
     
Numéros de revues

Mouvement, n°86 : Désillusion

y

Date de publication : novembre 2016

ISBN : 1252-6957

Langue : Français

Dépouillement du document :
Portraits
La fabrique du genre plastique
Toujours remarquée, l’identité visuelle de Jean-Luc Verna est rarement commentée. Nous avons choisi de l’interroger sur la fabrique du corps, dans son double régime cosmétique et plastique.

Reportages
Istanbul Gézillusion
Au cœur de la purge menée par le président Recep Tayyip Erdo?an depuis le coup d’État manqué du 15 juillet, que reste-t-il de la promesse d’Istanbul 2010, capitale européenne de la culture ?

Portraits
Ironic Fantasy
S’il se voudrait plus militant dans la vie, le chorégraphe israélien Hillel Kogan revendique, sur scène, le plaisir et l’ironie.

Entretiens
La mort à l'oeuvre
Le cinéaste catalan Albert Serra aime les figures mythologiques. Dans son prochain film, il met en scène les derniers jours de Louis XIV avec Jean-Pierre Léaud dans le rôle du monarque à l’agonie.

Reportages
Quand Thibaud rencontre Bruno
Le metteur en scène Thibaud Croisy nous a accompagnés au meeting de Bruno Le Maire, organisé au Paradis latin, un cabaret du Ve arrondissement de Paris. Une façon d’introduire un regard artistique au cœur du show politique.

Looseur comme toi
Rater est parfois la meilleure façon de créer. Certains artistes en viennent alors à embrasser l’échec. Rencontre avec le collectif le Grand cerf bleu, Pierrick Sorin et les auteurs de NoShow.

Reportages
Jan Fabre, une arlésienne à Saint-Pétersbourg
Une semaine avant son ouverture, les journalistes découvraient les promesses de la foisonnante exposition de Jan Fabre à l’Ermitage. Visite de chantier.

Entretiens
"Un chef-d'œuvre n'est pas de l'Ibuprophène"
El Conde de Torrefiel, la compagnie emmenée par Pablo Gisbert et Tanya Beyeler, refuse le caractère politique du théâtre et milite pour la reconstruction du 4e mur.

Reportages
Nuit Noire
Depuis trois ans, un « off » clandestin est organisé dans les catacombes, en parallèle à la Nuit blanche parisienne. Pour sa dernière année, l’événement pirate a débordé en surface.

Entretiens
La danse n’est pas un truc de filles
L’universitaire Hélène Marquié taille en pièce les préjugés liés au genre dans la danse.

Portfolio #86
Portfolio de Leonard Suriyajaya & Simon Collet

Résumé :

- Vous venez voir le concert ce soir ?
- Oui.
- Vous allez l’entendre ?
- Oui.

- O.K. Vous allez l’entendre, le voir, ça va aller vite et vous n’allez pas tout comprendre. Vous allez même peut-être ne pas entendre les bons mots... Et ensuite, après le concert, je ne vais pas pouvoir vous parler. Je n’ai rien à dire à propos de ce que j’écris. Je n’écris pas pour une raison en particulier, il n’y a pas de « message ». Si vous voulez dire ça aux gens, allez-y, mais je n’aurais pas à en répondre. Et ils vont se dire « Qu’est-ce que Time Magazine est en train de nous raconter ? » Mais vous vous en fichez. Vous ne connaissez pas les gens qui vous lisent.

On n’a jamais écrit sur moi dans Time Magazine et le concert est complet. Je n’ai pas besoin de Time Magazine ! Et je ne pense pas être un chanteur de folk… c’est probablement ce que vous allez dire. […] Vous savez les gens qui sont abonnés à Time Magazine, les gens qui veulent savoir ce qui se passe dans le monde, semaine après semaine, qui travaillent la journée et peuvent lire ce magazine, parce que c’est petit, c’est concis et qu’il y a des images… vous voyez ? C’est un type de personnes, le type de personnes qui prend les magazines au sérieux. Bien sûr, je pourrais le lire moi aussi. Je le lis dans l’avion. Mais je ne le prends pas au sérieux. Si je cherche une info ce n’est pas Time Magazine que je vais lire […] Parce que ce genre de magazines a trop à perdre en imprimant la vérité.

- Quelles vérités laissent-ils de côté ?
- Toutes ! […]
- C’est quoi la vérité ?

- La vérité, c’est une image quelconque, c’est tout. Une image de… disons un clochard en train de vomir dans le caniveau. Et juste à côté, la photo de Mr Rockefeller ou de C. W. Jones en train d’aller au boulot en métro… n’importe quelle photo en fait. Juste un collage de photos, ce que ces magazines ne font pas. Il n’y a pas d’idées dans Time magazine, juste des faits, sérieux, certes. Mais les articles, même celui que vous êtes en train d’écrire, ne peuvent pas être bons, parce qu’ils sont écrits par un type à New York, assis devant un bureau qu’il ne quitte pas, à partir de citations qu’il aura demandé à 15 reporters. […] Je ne remets pas ça en question parce que les gens doivent manger et vivre, mais au moins soyez honnête là-dessus.

- Grommellements inaudibles

- J’en sais plus que vous sur ce que vous faites, et ce n’est pas la peine de me demander comment ou pourquoi, c’est juste en vous regardant. Mais moi, vous ne me comprendrez jamais. Jamais. Je pourrais vous dire, par exemple, que je ne suis pas un chanteur de folk et je pourrais vous expliquer pourquoi, mais vous ne comprendrez pas. Tout ce que vous pourrez faire, c’est hocher de la tête. Juste hocher de la tête.

- Vous pourriez essayer...

- Non, je ne pourrais même pas essayer, parce qu’il y a certaines choses… Tous les mots on leurs petites et leurs grandes lettres...

- Votre ami avait l’expression juste : Vous ne pouvez pas être catalogué.

- Non… ce n’est pas ça du tout. Tous les mots ont leurs petites et leurs grandes lettres, comme le mot « savoir ». Vous connaissez le mot savoir : « s.a.v.o.i.r. » O.K. Et bien ni vous ni moi ne savons quoi que ce soit.

- Vous êtes en train de dire que vous en savez plus que moi ?

- Non, je suis en train de dire que vous allez mourir. Vous allez disparaître de la terre, vous serez mort. Ce sera peut-être dans 20 ans, ou demain, n’importe quand. Et moi c’est pareil. On disparaîtra et le monde continuera sans nous.

- Oui bien sûr

- Bien sûr. Donc maintenant, faites votre boulot sans perdre de vue ce fait et en décidant jusqu’où vous voulez vous prendre au sérieux. Vous avez le choix. J’ai le choix. […]

- Ça compte pour vous ce que vous chantez ?

- Comment pourrais-je répondre à une question pareille, si vous osez me la poser ? Vous avez beaucoup de culot ! Vous posez la même question aux Beatles ?

- Je dois vous la poser parce que vous aussi, vous avez le culot de me demander si ça me tient à cœur.

- Je ne vous pose pas de questions, je n’attends aucune réponse de votre part. Pensez-vous que les gens viennent me voir pour autre chose que se divertir ?
[…]
- Je pourrais vous citer d’autres raisons que j’ai entendues…

- Qui ça intéresse, ce que vous avez entendu ? Qui en a quelque chose à foutre de ce que les gens vous disent ?

- Et bien, ils pensent savoir pourquoi ils viennent vous voir...

- Vous savez pourquoi ils viennent ? Les gens disent un tas de choses, il faut faire du tri. Vous êtes capable de faire du tri ? Vous voyez… Je ne peux pas vous apprendre à faire le tri. Vous savez quoi ? J’en ai aucune idée. Mais avant tout, je suis tout sauf un chanteur de pop…

Bob Dylan interviewé par Horace Judson, correspondant de Time Magazine à Londres, en 1965. Dialogue extrait du documentaire Don’t Look Back, réalisé par Donn Alan Pennebaker (1967) Cette rencontre inspirera à Dylan son morceau « The Ballad of a Thin Man » (1965).

Collection : Bibliothèque de l'École nationale de cirque

Localisation : Périodiques

Cote : MOU-86

  • Ex. 1 — Consultation sur place

Contient

Mes sélections

4

Gerer mes sélections

0
Z